Le caveau d'Annecy

Le caveau d’Annecy 1858-1870 par Jean-Claude Berthelet

Chroniques des dessous de la vie des bourgeois d’Annecy en 1860 d’après un document authentique.

Préface de Christian Regat – Dessins de Paul Refauvelet.

15,00

Le caveau d'Annecy

Catégorie

Au XIXe siècle, les distractions et amusements se font souvent à l’extérieur du milieu familial. Pour passer de bons moments, sous l’impulsion d’un grand industriel local, est créé le Caveau d’Annecy, chez la mère Tissot, 3 rue de la Filaterie. Le nom est donné en mémoire de la célèbre guinguette parisienne « le Caveau » et du chansonnier Pierre-Jean de Béranger décédé le 16 juillet 1857. Ce seront, du 27 février 1858 au 9 avril 1870, douze années de gaieté, de festins et de chansons, seulement interrompues par les événements politiques de 1860. De nombreux notables, de Louis Chaumontel à Jules Philippe en passant par les frères Philippe et Frédéric Laeuffer, viendront rendre hommage à Béranger en chantant « Les demi-vieux», « Le Pochard » ou « Le feu au Q » … C’est dans ce lieu qu’ils viendront boire, manger, chanter et danser tous les samedis soir, avec en arrière-plan les événements locaux. Le secrétaire de séance a transcrit sur le registre du Caveau les joies, les douleurs et les inquiétudes des membres, qui sont reprises dans cet ouvrage.

80 pages

21 x 15 cm

🍪

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre navigation.